Liens, bulletin d’info.

« Liens » est la feuille d’information paroissiale pour Houilles et Carrières-sur-Seine. Elle paraît environ tous les mois. Contacter le secrétariat pour y inclure une nouvelle.

Cette feuille est mise en ligne au format "pdf". Pour lire les documents dans ce format, vous pouvez utiliser logiciel Acrobat reader, téléchargeable gratuitement.

Liens 174 : Franz STOCK, témoin de la fraternité européenne

Liens 174

Le 24 février 1948, il y a tout juste 70 ans, mourait à Paris, à l’âge de 44 ans, un prêtre allemand exceptionnel, qui s’était dépensé jusqu’à l’épuisement au service de ses frères français internés durant la guerre.

Originaire de Westphalie d’une famille ouvrière, il fut sensible très tôt, dès 1918, à la paix entre la France et l’Allemagne. Amoureux de notre pays, qu’il sillonna durant ses vacances en tant que séminariste, il adhéra à l’Association des “ Compagnons de St François ” regroupant des jeunes gens issus des deux pays et désireux de vivre une expérience chrétienne de fraternité par delà les blessures héritées de la guerre. En 1926, près d’Etampes, 10.000 d’entre eux s’étaient rencontrés pour partager la prière et l’amitié ; Puis vint la grande crise économique qui amena Hitler au pouvoir en Allemagne. Ordonné prêtre en 1932, Franz fut nommé à la paroisse allemande de Paris de 1932 à 1944.

Sa véritable vocation naquit lors de l’Occupation, lorsqu’il fut chargé d’assister les milliers de prisonniers français internés au Cherche-Midi ou à Fresnes. On a évalué qu’il a accompagné personnellement jusqu’au peloton d’exécution au Mont Valérien, près de 1.000 condamnés à mort par les autorités militaires, qu’ils aient été chrétiens ou non.

Il s’était également engagé auprès des familles des prisonniers, risquant sa vie en passant des messages ou des lettres.

La dernière étape de son parcours terrestre eut lieu à la libération. Prisonnier de guerre au milieu de ses camarades vaincus, il fut choisi par les autorités militaires et ecclésiales françaises pour diriger le “Séminaire des Barbelés” regroupant près de 1.000 soldats allemands séminaristes prisonniers à Chartres ; 600 seront ordonnés prêtres, une fois libérés.

Lors de son dernier discours officiel, en novembre 1947, il les envoya comme “artisans de la réconciliation” pour reconstruire une Europe nouvelle fondée sur les valeurs de justice et de paix.

Père François-Laurent Cœur

  • Liens 174
  • Liens n°173 : En 2018, accueillons le Christ en nos frères

    Liens 173

    Au début de l’année nous avons la bonne habitude de transmettre à nos proches des vœux de paix, de santé… C’est une belle occasion de nous rendre attentifs les uns aux autres que de nous souhaiter ce qui nous semble le meilleur !
    Le plus beau vœu que nous puissions faire est celui de la présence du Seigneur aux côtés de nos proches chaque jour de cette nouvelle année !
    Mais peut-être pouvons-nous aussi nous souhaiter de mieux nous accueillir les uns les autres ; comme nous le redit le Christ : « Qui vous accueille m’accueille ». Bien accueillir un frère, c’est bien accueillir Jésus ; c’est dire la grandeur et la beauté de toute rencontre humaine.
    « L’accueil est un des premiers signes qu’une communauté est vivante. Permettre à d’autres, étrangers, visiteurs, de vivre dans la communauté, est signe qu’on n’a pas peur, qu’on a un trésor de vérité à partager » (Jean Vanier).
    A la suite de notre assemblée paroissiale synodale, le nouveau conseil pastoral réfléchit en ce moment à « l’accueil dans la vie paroissiale » pour rendre notre communauté encore plus accueillante.
    C’est chacun, mais aussi chaque service et mouvement qui doit se faire accueillant aux nouveaux, à la nouveauté de la rencontre de l’autre.
    Belle et sainte année 2018, pleine de rencontres du Christ en nos frères !
    Père Etienne Maroteaux +

  • Liens 173
  • Liens n°172 : Chaque soir l’Eglise fait monter une invocation vers Marie

    Chaque soir l’Eglise fait monter une invocation vers Marie, celle-ci entre autres :

    « Sainte Mère du Rédempteur,
    Porte du ciel toujours ouverte, étoile de la mer,
    Viens au secours du peuple qui tombe et qui cherche à se relever.
    Tu as enfanté, à l’émerveillement de la nature, celui qui t’a créée ! »

    Tout au long de notre marche vers la fête de la Nativité du Seigneur, nous trouvons la présence de la Vierge Marie.

    Il y a quelques jours encore, le 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception, nous avons pu entendre le récit de l’Annonciation et nous confier à l’intercession de celle qui est « pleine de grâce ». Avec elle, nous nous sommes réjouis du mystère immense de Dieu qui se révèle à nous dans un langage humain et dans un cœur humain. Emerveillement devant l’amour de Dieu qui « a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » (Jn 3, 16). Au centre de ce mystère, Marie, la première à en faire l’expérience : « tu as enfanté, à l’émerveillement de la nature, celui qui t’a créée ! »

    Ces mots que nous lui adressons ne sont pas l’évocation du passé, mais sont pour aujourd’hui. Nous touchons particulièrement cela pendant le temps de l’Avent, c’est aujourd’hui que le Seigneur vient, c’est aujourd’hui qu’il s’agit de vivre la conversion, le « retournement » intérieur. En Marie nous voyons l’appel de Dieu pour les hommes d’aujourd’hui : « viens au secours du peuple qui tombe et qui cherche à se relever » Marie, Mère du Rédempteur, est au centre de l’Eglise dans le pèlerinage de
    la foi. Elle nous assiste maternellement pour nous conduire au Christ. Femme de foi, d’espérance et de charité, elle est aussi la mère qui nous accueille sans condition à l’entrée de la crèche : « porte du ciel toujours ouverte, étoile de la mer ».

    Avec elle, réjouissons-nous de la naissance du Sauveur, le Christ Jésus !

    Bonne et sainte fête de Noël,

    Père Gabriel +

  • Nouvelle traduction du « Notre Père »

    https://www.youtube.com/embed/IEDNvesCjHk
    Notre Père - Nouvelle Traduction - YouTube

    Le premier dimanche de l’Avent, (3 décembre 2017) une nouvelle
    traduction du « Notre-Père » entrera en vigueur, dans toute forme de
    liturgie. Les fidèles, catholiques, protestants, orthodoxes francophones
    ne diront plus désormais :
    « Ne nous soumets pas à la tentation »
    mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

    La nouvelle traduction, « Ne nous laisse pas entrer en tentation »,
    écarte l’idée que Dieu lui-même pourrait nous soumettre à la tentation.
    Le verbe « entrer » reprend l’idée ou l’image du terme grec
    d’un mouvement, comme on va au combat, et c’est bien du combat
    spirituel dont il s’agit.

    Au jardin de Gethsémani, lorsque l’heure de l’affrontement décisif
    fut arrivée, le Seigneur a lui-même prié : « Père, s’il est possible que
    cette coupe passe loin de moi ; pourtant non pas ce que je veux, mais
    ce que tu veux ». Trouvant ensuite les Apôtres en train de dormir il
    leur dit « Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation ».

    Le disciple, n’étant pas plus grand que le maître, demande pour luimême
    et pour ses frères en humanité : « Ne nous laisse pas entrer en
    tentation ». C’est dans l’attitude du Christ qui, jusque dans « l’effroi
    et l’angoisse », renouvelant sa confiance au Père trouve une nouvelle
    force, que se trouve le sens plénier de cette nouvelle traduction.

    Père Denis Bérard

    Liens 171
  • Notre Père - Nouvelle Traduction - YouTube
  • Liens 171
  • Liens N°170 : Premiers pas

    Liens 170

    « Faites attention à vos premières impressions ; ce sont souvent les bonnes ! »
    me disait un ancien paroissien. Après six années heureuses sur le groupement
    paroissial de Marly le Roi, j’arrive parmi vous sans appréhension et
    même avec curiosité. Ce secteur du diocèse m’est complètement inconnu et
    j’ai la joie de le découvrir progressivement.

    - les lieux tout d’abord : Houilles-Carrières (75 % de présence pastorale) et
    Sartrouville (20 %) me sont donnés comme un vaste secteur géographique
    que je parcours patiemment et dans lequel je me perds régulièrement ! Je ne
    mentionne pas la circulation effrénée et les slaloms répétés entre les véhicules
    pour avancer. Du vrai sport ! St Christophe, aide-moi !

    - les lieux d’église évidemment. Depuis les anciens édifices marqués par
    l’histoire des chrétiens de cette région jusqu’aux nouvelles églises faites
    pour accueillir de belles et nombreuses assemblées, je me rends compte
    combien ces espaces spirituels sont bien entretenus et apaisants. Merci aux
    bénévoles ! Un lieu bien nettoyé et rangé, et la moitié des prières monte
    déjà vers le Ciel !

    - les personnes enfin, pierres vivantes et signe de la présence du Ressuscité
    au milieu du monde.

    Beaucoup de visages souriants se sont déjà présentés et des contacts ont été
    pris pour diverses missions : célébrations, préparation au mariage chrétien,
    maisons de retraite et monde de la santé, oecuménisme et dialogue interreligieux
    sont au menu. N’hésitez pas à vous présenter et me rappeler votre
    nom ; j’ai peine à me souvenir d’emblée de centaines de noms. Mais je
    compte sur le temps et votre bienveillance.

    J’ai également une mission diocésaine pour Lourdes Cancer Espérance
    (LCE 78). Avec certains d’entre vous ainsi que le père Denis, nous revenons
    de Lourdes où nous avons vécu un beau et fervent pèlerinage, source
    de réconfort pour les malades et leurs familles.
    A bientôt !

    Père François-Laurent COEUR

  • Liens 170
  • Guide paroissial 2017-2018

    Voici le guide de la paroisse pour l’année 2017-2018 :

    Guide paroissial 2017-2018
  • Guide paroissial 2017-2018
  • Liens n°169 : Guetteurs de la Grâce

    Après la pause estivale qui nous aura permis de souffler, de nous retrouver, voilà la rentrée qui accélère le temps ; avec parfois des nouveautés : l’accueil de nouveaux arrivants dans le quartier, ou un déménagement... parfois le retour du train-train, du travail voire des soucis du quotidien, et les fatigues accumulées...
    Une bonne manière de commencer cette année dans la paix, est de chercher à la vivre dans la présence renouvelée du Seigneur à nos côtés : si cette année pouvait nous aider à tout voir dans l’amour du Ressuscité, combien tout changerait en nous et autour de nous !
    « Je fais de toi un guetteur pour tes frères », nous redit le prophète Ezéchiel.
    L’image biblique du croyant est le veilleur, la sentinelle, celui qui guette l’aurore : « Je vais me tenir à mon poste de garde,rester debout sur mon rempart, guetter ce que Dieu me dira » (Ha 2,3).
    Le veilleur que nous sommes est invité à un regard de foi, de confiance et d’espérance sur la vie, loin de tout pessimisme ambiant ; nous pouvons devenir des « guetteurs de la grâce » (J. Loew).
    C’est au milieu de notre quotidien, en plein cœur de notre existence, parfois banale, que surgit la question décisive, celle du sens de notre vie, celle de la place de Dieu.
    Voilà la mission qui est celle du baptisé : veiller sur nos frères. Nous savons combien notre société d’hyper-communication laisse beaucoup dans un isolement profond. Que cette nouvelle année nous donne d’être ce que notre monde attend de nous : que nous soyons ces « guetteurs de la grâce » et ces veilleurs pour nos frères !

    Père Etienne Maroteaux

  • Lien 168 : L’amour de Dieu, « force vivifiante absolue »

    Trente-quatre pèlerins de notre paroisse ont vécu un beau pèlerinage à Rome. Ce fut un temps de grâces pour chacun ! Grâce de marcher ensemble sur les pas des premiers témoins de la foi, Pierre et Paul, et les premiers martyrs ; grâce de se ressourcer dans ce lieu de diversité, d’universalité et de communion autour de notre pape François : nous avons pu côtoyer des pèlerins venus du monde entier, au moment où les mouvements charismatiques fêtaient leur jubilé ; grâce de partager ces moments forts avec des paroissiens de notre communauté d’origines diverses, français, portugais, béninois … ; grâce des rencontres ; grâce parfois aussi de l’imprévu !

    Lors de la messe de la Pentecôte, le pape nous a invité à demander la grâce de l’unité dans nos communautés et au-delà : « Demandez la grâce d’accueillir son unité, un regard qui embrasse et aime, au-delà des préférences personnelles, son Église, notre Église ; de prendre en charge l’unité de tous, de mettre fin aux bavardages qui sèment la division et aux envies qui empoisonnent, car être des hommes et des femmes d’Église signifie être des hommes et des femmes de communion ; demandez également un cœur qui sente l’Église notre mère et notre maison : la maison accueillante et ouverte, où on partage la joie multiforme de l’Esprit Saint ». C’est ainsi
    que la paroisse pourra être un reflet de l’amour de Dieu pour tous.

    N’oublions pas non plus les grâces reçues par les 12.000 collégiens rassemblés à Jambville, pour la Pentecôte et qui ont pu recevoir en grand nombre, dans ce temps festif et priant, la force du pardon...

    En ce dimanche où nous fêtons la Trinité, demandons à vivre très concrètement de cet amour, de cette communion qui est en Dieu : « Le Père, le Fils et l’Esprit Saint sont un parce qu’ils sont amour et l’amour est la force vivifiante absolue » (Benoît XVI).

    Nous aurons la grâce de nous rassembler dimanche prochain à l’occasion de notre kermesse pour le jubilé des 45 ans d’ordination du Père Denis ; nous partagerons avec lui et en Église la joie de cette belle étape !

    Père Etienne Maroteaux

  • Liens 167 : Bonne fête… Maman

    Qu’ils sont touchants ces "compliments" de têtes blondes qui savent déjà par les mots de la poésie et du cœur dire à leur maman les accents de l’amour ! Ceux qui suivent, je les tiens de deux enfants qui ont su les écrire et les dire à leur maman avant de tomber dans leurs bras et de les embrasser.

    Un vrai cadeau !

    Pour ma maman
    Quand je regarde les nuages, j’y vois sourire ma maman.
    Quand je suis le cours du ruisseau. Ma maman rit au fond de l’eau.
    Si j’écoute chanter le vent, j’entends la voix de ma maman.
    Et quand dans mon coeur je descends,
    Qui donc est là ? C’est ma maman.
    Lucas

    Maman
    Maman, toi qui sens si bon, et qui donnes tant de bonbons,
    Toi qui me donnes cet amour fou, toi qui m’appelles "mon chou"
    Sais-tu qu’avec ce mot bien tendre, qu’avec toi, je me sens grande.
    J’ai tant de soleil dans mon cœur, je me sens tellement heureuse
    Qu’il me faut trouver des fleurs pour te dire mon bonheur.
    Alors je tourne les pages du livre de mon cœur où je vois tant d’images
    s’ouvrir comme des champs de fleurs.
    Je te les offre avec un cœur plein de baisers.
    Océane

    Bonne fête à toutes les mamans !

    Pour les chrétiens, il est impressionnant de découvrir que sur la Croix, Jésus voyant sa mère et le disciple bien aimé a dit au disciple "Voici ta mère" (Jn 19,26). L’Eglise a compris que dans cette attribution, Marie nous était donné à toutes et à tous comme mère.
    Une mère qui ne cesse d’engendrer dans l’amour, la foi, la confiance par la grâce et la force de l’Esprit qui nous fait découvrir Jésus comme Fils de Dieu.
    Merci à cette mère du ciel à qui l’on peut tout confier.
    Merci chères mamans de la terre d’être ou d’avoir été les ambassadrices de l’amour de Dieu.

    Père Denis Bérard

  • Liens 166 : Etre candidat en 2017 ! Alléluia !

    Le candidat c’est celui qui est « candide », c’est-à-dire « revêtu de blanc, de candeur ». Les candidats à l’élection divine ce sont les nouveaux baptisés de Pâques, ceux que nous avons accompagnés cette année et qui nous ont manifestés LA Bonne nouvelle, le Christ est mort et ressuscité pour que nous ayons la Vie !

    Celui qui nous a élus, c’est le Père, pour que nous portions du fruit, un fruit qui demeure. Et nous faisons l’expérience de cechoix de Dieu qui répand sa grâce dans nos cœurs, dernièrement lors de la visite de la Vierge pèlerine, et pendant cette Semaine Sainte magnifique, où des grâces ont été données.

    Voulons-nous vivre de cette grâce, de cette paix dont le monde a tant besoin ? Le temps qui s’ouvre, qui va nous conduire à l’Ascension puis à la Pentecôte, c’est le temps où le Christ ressuscité rejoint ses disciples, où qu’ils soient, pour les faire vivre de sa Résurrection. Il nous faut vivre ce temps de grâce avec le Ressuscité, ne tournons donc pas trop vite la page de cette Semaine Sainte !

    Dans la fidélité à l’Eucharistie, nous faisons l’expérience de ne pas voir, comme St Thomas, mais de croire. La messe nous entraine à vivre de la foi, à toucher le Ressuscité à nos cotés.

    Soyons dociles à l’Esprit, aux temps à vivre en famille, en paroisse, ouverts à ce qui n’était pas prévu, à tel ou tel appel et service. Le 13 mai prochain nous marcherons en procession derrière la Vierge Marie, en signe de paix et d’espérance, selon le message de Fatima.

    Il est vraiment ressuscité, alléluia, alléluia !

    Père Gabriel +

  • 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6