Patrimoine de nos paroisses

Un bref aperçu de l’histoire des paroisses de Houilles et Carrières-sur-Seine, des lieux de culte et de leur patrimoine.

Travaux de l’église Saint Jean-Baptiste en 2013

Déjà célèbre par son retable du 12ème siècle dont l’original est au Louvre, la vieille église St Jean Baptiste chère au coeur des Carrillons vient de retrouver une nouvelle jeunesse et une belle clarté grâce à la réfection de la peinture des voûtes et des murs ainsi que la sobriété d’un dallage de pierres blanches qui élargit le chœur.

La municipalité avait voté des travaux de consolidation d’un pilier en plaçant deux tirants à la hauteur de la tribune et, quand les fissures des voûtes eurent été bouchées, un bon coup de peinture s’avéra nécessaire.

L’église fut donc fermée du 7 Janvier au 5 Mai et la communauté paroissiale trouva refuge successivement à la chapelle Ste Maria Goretti et à l’église Notre-Dame du Réveil Matin à l’exception du Dimanche des Rameaux.

De son côté, le Conseil des Affaires Economiques de la paroisse projetait depuis 2 ans la réfection du chœur dont la moquette avait vieilli. Après consultation du Père Allouchery de la Commission diocésaine d’art sacré et de plusieurs entreprises spécialisées, nous avons opté pour un dallage en pierre naturelle provenant du Portugal, proposé par la société JC Bati de Carrières. Par la même occasion, était rénové le câblage de la sono et de l’électricité autour de l’autel. Simultanément, l’ambon, lieu de la Parole, gagnait en visibilité.

N’hésitez pas à venir visiter l’église St Jean Baptiste ; peut-être serez-vous sensibles à la beauté retrouvée et à la simplicité des lieux ?
Nous tenons à remercier les services techniques de la mairie pour leur efficacité et leur attention tout au long des travaux. Un merci tout particulier à Mme Françoise Gaultier conseillère municipale et à Mme Garguelle conservateur déléguée des antiquités et objets d’art à la Direction des archives départementales et du patrimoine mobilier des Yvelines, pour leur extrême vigilance à sauvegarder les œuvres d’art de notre église : la statue de St Jean Baptiste et les deux grands tableaux "l’Adoration des mages" et "le Baptême du Christ", qui feront l’objet de soins de conservation préventive avant remise en place.

… Béni soit le nom du Seigneur !

  • Voute de l’église Saint Jean Baptiste
  • Histoire de l’église Saint Jean-Baptiste

    Pour remplacer le modeste oratoire qui exista prés de la Seine , une église fut élevée au XIII° siècle , au sommet de la falaise.

    En 1226, Guillaume de Bateste et sa femme Marguerite donnèrent pour sa construction tous les droits qu’ils pouvaient avoir sur une pièce de terre d’un arpent environ qui tenait au jardin du trésorier de Saint Denis .
    Le chevalier Bateste avait épousé Marguerite Gautier , fille d’un dignitaire de l’abbaye de Saint Denis, qualifié de Maréchal Féodal. Le passage de Guillaume de Bateste à la cour de Philippe Auguste est mentionné.

    L’église fut construite sous le vocable de Saint Jean Baptiste.

    L’église aux dimensions modestes frappe d’abord par sa grande simplicité :chevet plat , construction à deux vaisseaux surmonté d’un clocher massif de plan carré. Elle présente des murs d’un appareillage soigné en pierres de taille ; un bandeau souligne la partie basse des ouvertures .Si l’édifice a gardé peu de traces visibles de son ancienneté , un bas relief sculpté du XII ° siècle ( triptyque présentant une Vierge en majesté encadrée par une Annonciation et un Baptême de Jésus Christ ) découvert au XIX siècle lors de travaux dans l’église , atteste de l’édifice primitif. Il s’agit là d’un témoignage remarquable du premier art gothique . .
    Ce retable est un bas relief en pierre divisé en trois compartiments. Il semble être unique en France ; c’est un fragment important d’un retable dont certaines parties s’apparentent à celles de la porte Saint Anne, au portail de Notre Dame de Paris . Ce rétable se trouve depuis 1915 dans la salle des sculptures du Moyen Age au Musée du Louvre , et il fut évidemment la pièce artistique capitale de la paroisse .

    Le samedi 19 juin 1999 était inauguré en présence du Conseil Municipal une copie de ce retable qui a été placée au dessus de l’autel et qui a été réalisée par un artiste de la commune . Des renseignements plus détaillés de ce rétable feront l’objet d’un autre article .
    Ce bas relief devait à l’origine , s’élever derrière le maître-autel , et devait cacher un reliquaire . D’après une étude de Ch Rohaut de Fleury, la construction de ce retable aurait été faite pour la chapelle du château de Houilles dont la paroisse dépendait au Moyen-Age.

    La date de 1618 portée sur l’un des piliers engagés de la nef rend compte de l’agrandissement qu’à connu l’église à cette époque où l’on adjoint à la nef unique voûtée d’arêtes un bas-côté voûté en berceau. Ces colonnes massives sont surmontées de chapiteaux ioniques à l’échine ornée d’oves et aux volutes à décor de palmettes. L’ordonnance de la façade , les baies en arc brisé surmontées de deux oculi, laisse à penser qu’elle est aussi le fait des embellissements de ce début du XVII° siècle .
    La chapelle du bas-côté sud est sans doute une adjonction du XIX° siècle . Les verrières dont l’une est signée de Charles Champigneulles ont été mises en place à la fin du XIX° siècle et au début du XX° .

    .. Quelques pièces peuvent retenir l’attention, notamment un Saint Jean Baptiste en bois (qui était recouvert de peinture grise ) et qui a été récemment restauré .

  • Baptême de Jésus par Saint Jean-Baptiste
  • Vitrail dans l’église Saint Jean-Baptiste
  • Les amis de l’orgue

    L’association se donne pour but de promouvoir l’orgue à tuyaux de l’église de Houilles et son rayonnement. Elle se propose de favoriser la construction d’un nouvel orgue pour une meilleure animation culturelle et musicale à Houilles et dans ses environs permettant de mettre à disposition de la communauté paroissiale et des organistes, un instrument de qualité et d’assurer la promotion de toute initiative culturelle en ce sens.

    Contact

    Histoire de la chapelle Maria Goretti de Carrières-sur-Seine

    Un paroissien qui aime particulièrement cette chapelle nous donne le résumé concentré de l’histoire de la chapelle qui suit (écrit avant 2011).

    Nous ignorons les raisons pour lesquelles l’idée était venue de construire une chapelle dans le quartier dit « du Colombier ». Prévisions d’urbanisme ? Occupation des sols ? Distance du quartier du centre ville ?
    Dans un compte-rendu du doyen d’ Argenteuil qui avait fait à Carrières une visite décennale le 29/4/1953 il est question d’envisager l’achat d’un terrain et la construction d’une Chapelle dans le quartier du Colombier.

    Le 28 février 1955, la Mairie donne le Permis de construire. L’achat du ou des terrains doit donc se situer entre mai 53 et février 55
    D’autres prétendent que le terrain avait déjà été acheté entre 49-50 à cause d’une baraque militaire achetée à Evreux et placée le long de la rue Paul Doumer sur le terrain de l’actuelle chapelle déjà en 1950.
    En tous cas les travaux débutent en 1955 ; ils sont réalisés en grande partie par des bénévoles. Une partie de la boiserie (porte ,charpente) vient d’un chantier de démolition et de récupération.
    En novembre 1955, on y célèbre déjà une Messe à 11h15. Les travaux sont officiellement terminés le 30 septembre 1956 et l’inauguration de la chapelle sera célébrée les 20-21 octobre 1956. Entre temps le 3 juin 1956 avait eu lieu la première kermesse de la chapelle. A cette époque étaient respectivement curé et vicaire à Carrières les Abbés May et Vallières.

    Ensuite la chapelle s’est développée et nous pouvons donner quelques événements marquants son histoire.

    En 1957 : janvier : installation du chauffage à mazout, installation de la corvée de balayage, naissance de l’A.C.G.H.
    Avril : l’ Abbé Vallières crée l’ Association l’ Etincelle pour les jeunes.

    En 1958 : Un Wagon S.N.C.F. est placé sur le terrain pour héberger un couple de réfugiés hongrois.
    Au mois de décembre, la chapelle est trop petite pour une seule messe.
    Nouveaux horaires : 8 h 30 et 10 h 30.
    Plantation des arbres que nous voyons encore aujourd’hui.

    En 1959 : l’ Ordo Diocésain de Versailles signale pour la première fois l’existence de la Chapelle.

    En 1960 : Une troupe de Scouts est créée autour de la chapelle. Wagon !

    En 1962 : Changement de Clergé : Les Abbés May et Vallières quittent Carrières ; les Missionnaires Italiens P.Walter Pigato et Chiarot Italo arrivent respectivement comme curé et vicaire avec en même temps la charge de la grande communauté Italienne des environs (Voilà la raison pour laquelle il y avait à Carrières un clergé italien et brésilien pour les Portugais).

    En 1967 : Naissance de l’A.D.I.P. (en 1968 sur le J.O.).

    En 1968 : Installation des rideaux coulissants pour pouvoir jouer des pièces de théâtre et embellir le chœur.

    En 1969 : Peinture au sol en oxane pigmentée grise. Achat d’environ 200 chaises actuelles, en remplacement des fauteuils provenant de la démolition d’un cinéma à Houilles, devenus vétustes et trop bruyants pendant les offices.

    En 1970 : Changement de Curé ; le Père Walter est nommé Directeur des Missionnaires Italiens en France ; il est remplacé par le Père Rino Amabilia. Le Père J. Sebben s’occupe tout spécialement de la chapelle.

    En 1972 : il modifie la disposition des chaises et l’emplacement de l’autel. Il le place au centre qui était la disposition actuelle avant la fermeture de la chapelle. Auparavant il était sur l’estrade et toutes les chaises étaient disposées dans le sens de la longueur de la chapelle.

    • Changement de clergé ; Le Père Amabilia, pour des raisons de santé, quitte Carrières et est remplacé par le Père Gino dal Fitto.
    • Changement aussi des horaires de messe. Les deux messes sont rassemblées en une seule à 9 h 30 imposées d’office sans consultation.
    • Achat des tubes pour monter les stands de la kermesse .

    En 1975 : Amortissement ; Remboursement des emprunts aux particuliers. Mise en place de la haie rue Paul Doumer.

    En 1977 : Mise en place des posters sur les murs de la Chapelle.

    En 1979-80 : Pose des rideaux à toutes les fenêtres de la Chapelle.

    En 1980 : Remplacement des deux portes latérales (Chapelle et salle caté) en bois et abîmées par les actuelles portes en aluminium.

    En 1981 : Un début d’incendie en septembre rend la chapelle enfumée et noircie.

    En 1982 : Peinture intérieure et plafond de la chapelle y compris portes et fenêtres.

    En 1983 : Réfection du cagibi le long de la Chapelle.

    En 1984 : Divers : Ecran de projection, tableau d’affichage intérieur, chevalet. Création dans la sacristie d’un sanctuaire pour le St Sacrement. Création d’un autel et pose de rideaux pour isoler le St Sacrement.

    En 1985 :

    • Aménagement du sous sol pour faire un local aux louveteaux et aux scouts
    • Achat d’une vitrine posée à l’extérieure
    • Inspection de la toiture et constatation de l’état critique des fermes qui risquent de se briser ;
    • Réfection de la clôture le long de l’impasse Paul Doumer
    • A la fin de 1985, étayage de la toiture avant la réfection.

    En 1986 : Réfection par doublage des fermes jusqu’au niveau de la sacristie.

    En 1988 :

    • Réfection du plafond de la chapelle, pose de lambris Verniland.
    • Réfection de l’éclairage par changement de tous les blocs et des tubes

    Vers 1989-1990 : Construction des préaux sur le terrain par la commune

    • Construction des WC extérieurs
    • Evacuation de la caravane qui servait à loger un couple .
    • Construction d’une nouvelle clôture avec portail et plantation d’une nouvelle haie , rue Paul Doumer

    En 1990 départ du Père Gino qui est nommé responsable de la Mission Italienne en France et qui est remplacé par le Père Joseph Focchésato.

    En 1990 : Réfection du sol

    En 1992 : Elagage des arbres

    • Peinture extérieure

    En 1995 : Changement de la chaudière

    En 1997 : Réfection de la toiture en fibrociment par des tôles en acier recouvertes d’ Epoxy

    • Application de vernis ignifuge sur les frisettes

    En 1998 : Manchons coupe feu sur chaudière

    En 1999 : Lavabo dans salle catéchisme, peinture de la salle catéchisme, peinture extérieure de la chapelle

    En 2000 : Abattage d’un arbre fragilisé par la tempête de décembre 1999, Élagage des arbres, Abandon du culte dans la chapelle

    En 2001 : Adjonction d’une toiture sur le local qui protége les tubes de la kermesse.

    En 2005 : Réfection de l’électricité

    En 2006 : Allongement et fermeture du local de rangement situé le long de la chapelle

    En 2007 : Élagage des arbres

    En 2008 : Construction d’une deuxième salle de réunion empiétant sur l’estrade et une partie de la chapelle