Liens n°155 : Apprivoisons la miséricorde

Liens n°155

Pierre dans l’Evangile de ce dimanche est pris d’effroi devant le miracle accompli par Jésus : « Eloigne-toi de moi, je suis un homme pécheur ». Telle est souvent notre attitude intérieure face à Dieu, soit le manque de confiance, soit notre impression d’être indigne de l’amour de Dieu. La réponse de Jésus est toute de confiance : « Sois sans crainte ». Cette année du Jubilé et particulièrement le temps du carême peuvent nous aider à apprivoiser la tendresse et la miséricorde de Dieu pour nous, qui est sans faille.
De façon magnifique, notre pape François nous encourage à accueillir vraiment la miséricorde de Dieu en nos vies, comme la « caresse » d’un père ou d’une mère pour ses enfants : « Nous connaissons tous les caresses des pères et des mères, quand les enfants sont inquiets en raison d’une frayeur. Eux aussi disent : « N’aie pas peur, je suis là ». Le Seigneur... nous répète : « Ne crains pas tes péchés, je t’aime beaucoup, je suis ici pour te pardonner ». Et le pape ajoute : « le Seigneur a envie de prendre sur lui nos faiblesses, nos fatigues : « Je te donnerai la force. Donne-moi tout et je te pardonnerai, je te donnerai la paix ». Ce sont là les caresses de Notre Père, quand il s’exprime avec sa miséricorde... Nous, nous sommes petits. Il nous a tout donné. Il nous demande seulement nos misères, nos petitesses, nos péchés, pour nous embrasser, pour nous caresser ».
Nous pouvons apprivoiser la miséricorde de Dieu, en particulier en l’accueillant dans le sacrement du pardon. Mais aussi en l’expérimentant dans nos actes : « Demandons au Seigneur de réveiller en chacun de nous et dans tout le peuple la foi dans cette paternité, dans cette miséricorde, dans son cœur. Et que cette foi dans sa paternité et sa miséricorde nous rende un peu plus miséricordieux dans nos relations avec les autres » (Pape François, 10/12/2015).
Dans la paroisse des équipes de quartier vont se constituer pour réfléchir ensemble sur ces œuvres de miséricorde que le pape nous invite à vivre (surtout si nous ne savons pas ce qu’elles sont !)… Et pour mieux entrer dans la compréhension intérieure de la miséricorde, trois soirées de formation et (ou) une récollection vous sont proposées.
Que le carême soit un temps pour apprivoiser la miséricorde et pour vivre concrètement les « actes de miséricorde ».

Père Etienne Maroteaux