Avançons en profondeur dans la grâce de notre baptême

Quand le jeune Louis naît le 25 avril 1214, il n’est pas encore saint. Mais si, aujourd’hui, nous rendons grâce à Dieu, c’est parce que St Louis a volontairement laissé la grâce de son baptême se développer tout au long de sa vie, jusqu’à ce plein épanouissement qui s’appelle la sainteté.

Son baptême n’est pas resté un acte sans suite. Il a cherché à vivre son devoir d’état en chrétien, à aimer en chrétien, à pratiquer la justice en chrétien… Il l’a fait dans son époque et la culture ambiante, mais parfois en s’opposant aussi à la culture ambiante. Aujourd’hui, même si nous n’imitons pas St Louis, notre baptême non plus ne doit pas rester sans suite. Il nous est demandé à nous aussi, dans la fidélité à notre baptême, de vivre en chrétien, de penser et d’agir en chrétien, dans notre époque et notre culture ambiante, peut-être parfois en s’opposant aussi à cette culture ambiante.

L’ensemble de la vie St Louis l’a fait déclarer « saint ». Ce ne sont pas les décisions d’un homme qui sont canonisées, mais la personne elle-même. En effet, la sainteté n’est pas la perfection. Elle est le but de la vie et un chemin parcouru avec le Christ qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6). Il y a trois ans, le Synode diocésain nous indiquait bien que notre baptême doit guider toute notre vie, nos choix et nos renoncements. Pour nous aussi, la réalité de notre baptême doit s’incarner dans la réalité de notre vie.

Aujourd’hui, le jour du baptême du Seigneur, en ouvrant cette année jubilaire pour notre diocèse, je vous invite à vous mettre en marche en paroisse, mouvement, aumônerie ou école, vers Poissy, lieu de naissance et de baptême de St Louis. Je vous propose de renouveler les promesses de votre baptême et sous souhaite d’avancer vous-mêmes sur votre chemin de sainteté vers Celui qui est « la Vie » !

Bonne Année à chacun de vous !

Monseigneur Eric Aumonier