Avec François, nouvel évêque de Rome, marchons, avec espérance, en présence du Seigneur !

Au synode des évêques (2001), il présente l’évêque plus « veilleur » que « surveillant » :

« Surveiller se réfère davantage à l’attention envers la doctrine et les coutumes, tandis que veiller évoque plutôt le fait d’être attentif à ce qu’il y ait du soleil et de la lumière dans les cœurs. Être sur ses gardes fait penser à l’alerte devant le danger imminent, alors que veiller fait penser au soutien patient des processus à travers lesquels le Seigneur guide son peuple vers le Salut. Surveiller et être en garde nous parlent d’un nécessaire contrôle. Au contraire, veiller nous parle d’espérance. »

Le 14 mars 2013, il déclare : « La première chose que Dieu a dite à Abraham : Marche en ma présence... Marcher toujours, en présence du Seigneur, à la lumière du Seigneur, cherchant à vivre avec cette irréprochabilité que Dieu demandait à Abraham, dans sa promesse... Édifier l’Église... sur cette pierre angulaire qui est le Seigneur lui-même... Troisièmement, confesser.
Nous pouvons marcher comme nous voulons, nous pouvons édifier de nombreuses choses, mais si nous ne confessons pas Jésus Christ, cela ne va pas. Nous deviendrons une ONG humanitaire, mais non l’Église, Épouse du Seigneur... Je voudrais que tous, nous ayons ... vraiment le courage de marcher en présence du Seigneur, avec la Croix du Seigneur ; d’édifier l’Église sur le sang du Seigneur, qui est versé sur la Croix ; et de confesser l’unique gloire : le Christ crucifié. Et ainsi l’Église ira de l’avant. »

Olivier Steck, curé