Espérance, témoignage chrétien et charité

A la suite de Diaconia, il me semble important de revenir sur quelques points essentiels de ce que nous avons vécu, en particulier avec les étudiants à Argenteuil, auprès de l’association du Valdocco, au service des habitants de quartiers sensibles.

Je retiens trois points :

  • l’espérance : j’ai, en effet, été attiré par le travail des éducateurs en voyant cette force qui se dégage au Valdocco. Si leur espérance reposait sur des critères humains tous auraient succombé face à l’immensité du chantier et aux situations écrasantes qu’ils traitent chaque jour. Cette espérance apparait comme un véritable
    don de Dieu qui a un projet pour chacun quelque soit la gravité de sa situation.
  • le témoignage chrétien : « Amour et vérité se rencontrent ». Au Valdocco, assumer sa foi, dans un monde non croyant, ne constitue pas une agression : prêtres salésiens, agnostiques ou musulmans travaillent ensemble sans que l’on ait à cacher sa foi. Le Christ est un don pour tout homme et je crois que la présence chrétienne, dans un monde de plus en plus éloigné de l’Eglise, est une bénédiction pour tous : elle suscite de nombreuses questions sur le sens de la
    vie, qui est Dieu, qui est l’homme…
  • la charité : aimer ses ennemis, pardonner à ceux qui nous ont offensés, apprendre à se faire pardonner, ne pas aimer d’abord pour soi-même mais pour l’autre avant tout… chacun de nous vit ces préceptes au quotidien mais dans l’atmosphère parfois électrique de la cité, les (re)sentiments de chacun ne sont pas épargnés ! La discussion avec des éducateurs nous a permis de comprendre que se lancer dans l’aventure de l’éducation en cité est une véritable école de vie pour
    nous transformer, nous faire grandir, parfois dans la joie, parfois dans la douleur, mais toujours vers un don plus total de nous même.

Antoine Meaudre, diacre