Taizé, on y vient comme on vient à une source !

Il y a 50 ans, quelques premiers jeunes venaient partager la prière du
frère Roger, solitaire sur la petite colline bourguignonne de Taizé. Depuis, ils sont chaque année plus nombreux à venir se ressourcer dans la prière et l’unité. Avec nous aux vacances de Toussaint, 3000 lycéens de toute l’Europe étaient accueillis par la communauté des cent frères de Taizé.

Pour un lycéen, la vie à Taizé est assez décalée : trois prières chantées
quotidiennes, de longs temps de silence, des échanges bibliques avec
d’autres jeunes inconnus… Une cuisine très frugale, des discussions tout azimut, des chants, des rires et la vaisselle pour des milliers d’assiettes ! La vie y est simple, spirituelle et fraternelle.

De retour à Houilles et Carrières, les 26 jeunes de la paroisse témoignent :

Christian : « Quelle chance de rencontrer tant de chrétiens du monde entier ! »

Marion : « Dans leur prière et leur comportement, on ressent vraiment à Taizé la joie et la paix des frères de la communauté ».

Xavier : « Taizé est un bon endroit ou l’on peut faire la paix avec les autres et avec soi même ».

Capucine : « Là-bas, on sent bien qu’être chrétien ne peut se vivre seul. J’ai été étonnée à Taizé par la facilité de rencontrer d’autres gens, tous ouverts au final ».

Benoit : « La prière de 30 mn 3 fois par jour avec à chaque fois 10 mn de silence, puis hors de l’église les chants, les cris de joie : quel contraste ! »

Lucie : « Pour moi, Taizé a consolidé ma foi par la façon de prier et de vivre là, tous ensemble ».

Laurine : « J’ai été marquée par la veillée de lumière, le dernier soir : un moment exceptionnel pour se rapprocher de Dieu, un lumignon à la main comme autant d’étoiles... »

Jean-Paul II : « Taizé, un petit printemps d’Evangile… »

Camille Boynard, Charles Hébert, Bertrand Seurret et P. Etienne